Home / Syndical / CSC / La manifestation de la CSC rencontre le succès

La manifestation de la CSC rencontre le succès

<![CDATA[CSC_20avril

Des milliers de militants et de membres de la CSC se sont réunis ce mercredi 20 avril à la Gare du Midi à Bruxelles pour protester contre les mesures d’austérité du gouvernement. L’offensive contre la semaine des 38h, contre les pensions et contre nos conditions de vie suscite une vive colère. La participation fut donc un grand succès, une claire illustration de la volonté de combattre.

‘‘Loi Peeters: non merci’’ proclamaient banderoles et pancartes. Les militants espèrent qu’il s’agit du début d’une nouvelle période de lutte sociale. Tout comme lors des concentrations militantes FGTB de la veille, l’appel du PSL pour un nouveau plan d’action a été bien reçu. Les travailleurs n’ont bien évidemment pas oublié le succès du plan d’action de l’automne 2014 qui avait culminé avec la grève générale nationale du 15 décembre.

Un nouveau plan d’action en front commun syndical pourrait à nouveau construire un puissant mouvement social contre ce gouvernement thatchérien. Des réunions du personnel et des campagnes d’information pourraient à nouveau réunir des dizaines de millier de personnes pour une grande manifestation. Ce serait une étape importante dans la lutte contre ce gouvernement qui ne cessera jamais ses attaques antisociales aussi longtemps qu’il restera au pouvoir. Peeters a d’ailleurs annoncé que les mesures actuelles ne sont encore qu’un léger exercice et que le budget de 2017 sera encore plus saignant. Nous devons trouver un moyen de maintenir le mouvement durant l’été pour passer d’une manifestation fin mai à des grèves régionales en septembre pour reprendre le fil de la résistance sociale.

Un militant de la CSC nous explique : «La CSC a réuni plus de 8000 personnes à Bruxelles pour manifester contre le gouvernement Michel. Initialement, une mobilisation de la jeunesse était prévue à cette date. Mais quand les mesures du contrôle budgétaires ont été connues, l’appel à l’action a été réorienté vers une manifestation plus large. Les manifestants ont exprimé leur colère à propos de l’attaque contre le chômage de longue durée, contre les économies dans la sécurité sociale, contre l’attaque portée aux retraites des fonctionnaires, contre le temps partiel,… et bien sûr contre l’abolition de la semaine de 38 heures.

«C’est précisément de Kris Peeters (CD&V) que vient cette dernière proposition (et il c’était récemment fait remarquer pour ses propos sur le fait que nous vivons tous « au-dessus de nos moyens »). Beaucoup de slogans le ciblaient donc : «honte à toi Peeters », «Loi Peeters non merci», «Retour vers le passé avec le CD&V » (avec une image des travailleurs pauvres de l’époque du prêtre Daens), «Je ne vis pas au-dessus de mes moyens»,… D’autres manifestants ont fait référence à l’actualité avec des slogans tels que «je ne suis pas Panama». Il est vrai que els Panama Papers clarifient que les moyens existent, mais pas au bon endroit. Dans son tract, la CSC disait : «Pour les riches, il y a Panama, et pour les travailleurs, il y a moins de droits.»

«La combativité était grande et visible et le sentiment qui prévalait était que cela n’est encore qu’un début ! En raison notamment de la mobilisation de la jeunesse initialement prévue, toutes les couches d’âges étaient bien représentées. On trouvait aussi des délégations syndicales d’un peu partout, de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles.

La secrétaire générale de la CSC – Marie-Hélène Ska – a appelé à un grand rassemblement à la fin du mois de mai (peu de temps après la tenue des élections sociales) et a tendu la main à Rudy De Leeuw (FGTB) qui avait lancé la veille un appel similaire. »

Photos (PPICS)

Betoging ACV // Foto's: PPICS]]>

Print Friendly, PDF & Email