Home / Social / Asile / Manifestation contre le centre fermé de Vottem: Libérez nos camarades!

Manifestation contre le centre fermé de Vottem: Libérez nos camarades!

<![CDATA[

vottem_r_julie10« Vottem, 17 ans déjà, je ne l’accepte toujours pas »

La manifestation contre le centre fermé de Vottem est devenu une triste tradition à Liège. Hier encore, quelque 500 personnes se sont réunies pour dénoncer cette prison où l’on enferme pour avoir fui la misère, la guerre, l’exploitation ou la dictature.

«C’est un succès car il est essentiel que des gens manifestent leur solidarité dans un contexte rendu difficile par la progression des mouvements d’extrême-droite, lesquels sont soutenus par certains propos du secrétaire d’État Theo Francken, lequel n’hésite pas à amalgamer les étrangers et les criminels ou à associer les migrants et les terroristes», a déclaré France Arets, porte-parole du CRAPCPE (collectif de résistance aux centres pour étrangers), à l’initiative du rassemblement.

Le PSL et les Étudiants de Gauche Actifs étaient présents avec une délégation dynamique qui a défilé aux cris de « C’est pas les sans-papiers qu’il faut virer, c’est le capitalisme qu’il faut éliminer! » ou encore « Y’en a assez, assez, assez de cette société, qui vire les sans-papiers et applique l’austérité! »

Comme le disait le tract que nous avions produit pour mobiliser vers cet événement, les moyens ne manquent pas pour accueillir dignement les réfugiés et assurer un bon avenir à tous, migrant ou pas. Jamais nous n’avons produit autant de richesses qu’aujourd’hui, jamais nous n’avons disposé d’autant de possibilités technologiques. Mais le fruit de ce travail est accaparé par l’élite capitaliste. Le récent scandale des “Panama papers” a une fois de plus illustré l’absurdité de ce système où, selon Oxfam, 62 personnes à peine à travers le monde possèdent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’Humanité. L’avenir de chacun peut être garanti, mais pour s’acquitter de cette tâche, nous ne pouvons en aucun cas faire confiance à des gouvernements qui, tout en offrant de généreux cadeaux au patronat (exonérations fiscales, privatisations, etc.) attaquent d’une main les conditions de vie et de travail de la population en pointant de l’autre les réfugiés et leur prétendu coût pour la société comme boucs émissaires.

Continuons la lutte pour balancer le capitalisme dans les poubelles de l’histoire!

Photos: René Andersen et Julie N. (Liège)

Manifestation contre le centre fermé de Vottem 2016]]>