Etats-Unis. Qui succédera à Bush? Obama/Clinton changeront-ils de politique ?

Depuis un an, les Démocrates détiennent la majorité au Congrès. Ils sont parvenus à rendre le Congrès plus impopulaire que le Président lui-même. Selon des sondages, 22% se disent satisfaits du travail du Congrès contre 31% pour celui de Bush. Le mécontentement envers les politiciens traditionnels est très grand. Le changement promis n’est pas venu, il n’y a même pas eu d’agenda pour le retrait des troupes et les Démocrates continuent de voter les crédits ‘provisoires’ à la guerre en Irak.

Bart Vandersteene

Dans les élections primaires, chacun parle de ‘changement’. Les candidats démocrates favoris, Obama et Clinton, prétendent tous les deux incarner ce changement. Clinton y ajoute son expérience d’ex-‘First Lady’.

Les élections primaires sont un cirque ambulant où l’on discute surtout de l’aspect des candidats et de leurs déclarations vides de contenu. C’est une opération publicitaire qui vise à influencer l’opinion publique et à faire élire le candidat qui a le soutien de la majorité de l’establishment (et qui a donc le plus de moyens). Ils appellent ça “démocratie”.

Les défis n’en sont pas moins grands. Après la crise hypothécaire de l’été passé, il semble que les USA soient entrés en récession économique (lire ci-contre). Les salariés et leurs familles le ressentent directement, entre autres à cause des prix qui s’envolent dans une période de hausse du chômage et d’atteintes aux salaires, à la sécurité sociale, etc. Tous les candidats traditionnels à la présidence ont la même recette pour s’attaquer à la crise: les baisses d’impôts pour les riches.

Nous pensons qu’il faut rompre avec le système bipartisan aux USA. Les Démocrates ne sont pas ‘un moindre mal’. Comme Michael Moore l’avait affirmé lors des élections présidentielles précédentes : « Y a-t-il une différence entre les Démocrates et les Républicains? Oui certes. Les Démocrates disent une chose et en font une autre – en coulisse ils s’entendent comme cochons avec les salauds qui rendent ce monde plus vil et plus abject. Les Républicains le font ouvertement et accordent aux salauds une officine dans l’aile ouest de la Maison Blanche. C’est ça la différence. » (Stupid, White Men, p239 traduction libre)

La seule façon de faire entendre une autre voix dans le débat, c’est d’engager la lutte pour la mise sur pied d’une force politique indépendante du big business. Même si celle-ci ne devait pas faire de scores spectaculaires lors de ces élections, elle pourrait jeter les bases pour interpeller un public plus large dans le futur. On suivra de près des figures telles que Ralph Nader (qui en 2000 et en 2004 a mené une campagne anti-néolibérale), Cindy Sheehan (une militante antiguerre qui se présentera contre la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi) ou Cynthia McKinney (une ancienne parlementaire démocrate qui s’est aussi fortement exprimée contre la guerre).

> www.socialistalternative.org

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai