Home / Social / Asile / Liège : ‘‘Nous ne sommes pas dangereux, nous sommes en danger!’’

Liège : ‘‘Nous ne sommes pas dangereux, nous sommes en danger!’’

<![CDATA[SP_cathy16Ce 22 août 2015 diverses associations avaient répondu à l’appel de la Voix des Sans-Papiers de Liège au côté de nombreux manifestants : le CPCR, à l’initiative de la marche avec le Comité de soutien aux sans-papiers de Liège, le CRACPE (Comité de Résistance Aux Centres Pour Étrangers), le Comité de quartier de Sclessin, la FGTB, les JOC (Jeunes Organisés et Combattifs), le CADTM (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde, la LCR, Ecolo, le PTB, EGA (Étudiants de Gauche Actifs, organisation de jeunesse du PSL) et le PSL.

Rapport et photos : Cathy (Liège)

C’est sous le slogan « nous ne sommes pas dangereux, nous sommes en danger » que quelque 350 Liégeois ont entamé dans une ambiance sereine quoique combative la Marche de Soutien à la Voix des Sans-Papiers de Liège, relayant le Centre Culturel Poly-Résistances à l’occupation des anciens locaux de l’ONE de Sclessin.

En effet, il y a 3 mois maintenant que la Voix des Sans-Papiers a décidé d’occuper les anciens locaux de l’ONE à Sclessin, dans la région liégeoise. Au départ, ils ne voulaient pas attirer l’attention : « Nous avons toujours intérêt à nous faire discrets », nous explique Sana. Mais, devant les actions de plus en plus dures et agressives de l’Europe-Forteresse, relayées en Belgique par le Secrétaire d’État à la Migration, Théo Francken (N-VA), et pour enfin se donner une chance de faire entendre leur voix, ils ont décidé de s’installer dans les locaux.

Ces derniers sont donc devenus le seul refuge de 54 personnes, dont 19 enfants et 9 femmes.
Nadine, membre du Collectif des femmes de la Voix des Sans-papiers, s’indigne : « Où est la reconnaissance de l’Europe ? Que dit-elle aux femmes et aux enfants qui vivent dans des conditions inhumaines ? Si nous sommes expulsées, nombre de mes sœurs seront violées devant leurs enfants et leurs mari, comme c’est le cas au Congo depuis des années, et c’est vers cela que l’on nous renvoit ? » Et de citer avec émotion les actes engagés du Docteur Denis Mukwege (1), le Docteur qui répare les femmes, Prix Nobel de la Paix en 2014 et qui s’indignait devant le Parlement Européen à Strasbourg, lui remettant le Prix Sakharov : « Comment me taire? Quand nous savons que ces crimes contre l’humanité sont planifiés avec un mobile bassement économique. » Car c’est de cela qu’il s’agit : le toujours plus de profit du capitalisme.

Combien de pays, appelés « pays du tiers-monde », ne se sont-ils pas fait piller par les puissances impérialistes et poussés à s’endetter par le FMI et contraints de rembourser des intérêts monumentaux pour des sommes dont le peuple n’a jamais profité ? Combien de paysans, d’agriculteurs, travaillent comme des esclaves dans leur propre pays pour une production dont ils ne verront jamais la couleur ? Combien d’hommes, de femmes et d’enfants se voient contraints de quitter leur pays en guerre ?

Et quelle est la réponse hypocrite de notre gouvernement ? « Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde », « il faut gérer l’afflux de ces criminels », etc. Il tente de nous dresser les uns contre les autres et les medias relaient une information toujours plus crapuleuse.

Prenons un simple exemple. Un hebdomadaire lu par des milliers de personnes titre : « 60 % des belges trouvent qu’il y a trop d’immigrés dans le pays » (2). Lorsqu’on regarde l’article de plus près, il s’agit d’un sondage réalisé sur l’avis de…500 belges et l’auteur en tire de nombreuses conclusions hasardeuses qu’il généralise à tout un pays. N’est-ce pas de la manipulation ?

Contre ces tentatives de division du système capitaliste, toujours plus agressives, nous devons opposer une lutte et un combat unitaire : travailleurs, avec ou sans emploi, avec ou sans papiers, hommes, femmes, minorités oppressées,… nous sommes tous des victimes de l’austérité. Nous avons tous droit au logement, à l’éducation, aux soins,… A la dignité.

EGA et le PSL vous invitent à participer en masse l’action qui se déroulera le 15 septembre à Bruxelles contre le meeting raciste du Vlaams Belang et la venue de Marine Le Pen ainsi qu’à la Manifestation du 07 octobre en front commun syndical.

No Pasaran !

(1) www.panzihospital.org/about/dr-denis_mukwege

(2) Edition Le soir du 11,08,2015

Liège : ‘‘Nous ne sommes pas dangereux, nous sommes en danger!’’]]>