Gouvernement. Faites vos jeux, rien ne va plus !

174 jours après les élections, Yves Leterme a dû pour la deuxième fois donner sa démission comme formateur. Son parti avait mené une campagne électorale basée sur le communautaire et reposant sur un cartel avec le petit parti de droite nationaliste N-VA. Il en paie maintenant le prix.

Anja Deschoemacker

Chrétiens et libéraux flamands rejetent la responsabilité de l’échec sur le CDH qui refuse toute avancée vers une nouvelle réforme d’Etat tandis que, du côté francophone, on pointe du doigt les revendications jugées inacceptables de la N-VA. Si Leterme semble hors service pour un bout de temps, d’autres se sentent pousser des ailes, en premier lieu Reynders. Mais, pour lui, le temps presse. Plus la formation d’un gouvernement s’éternise, plus Di Rupo se sent à l’aise pour expliquer que les partis de l’Orange Bleue ne peuvent pas réussir sans le PS.

Tailler dans le vif

Après les rebondissements en série des dernières semaines, plus personne n’ose tenter de prédire l’avenir. Deux choses sont pourtant claires. Il y a maintenant autant de chances d’avoir un gouvernement avant la fin de l’année que de rencontrer le Père Noël sortant de la chaudière du chauffage central. Et le prochain gouvernement, quel qu’il soit, va se traîner d’une crise communautaire à l’autre tandis que les noms d’oiseau vont voler tout au long des travaux de la future Convention, puisque tous les partis vont vouloir se positionner au mieux pour les élections régionales (et très vraisemblablement fédérales) de juin 2009.

La fixation sur le projet de l’Orange Bleue – qui reste la formule souhaitée par le CD&V, l’Open VLD et le MR – paraît bizarre de la part des deux partis flamands qui réclament une importante réforme d’Etat. Car cette coalition ne dispose pas de la majorité des deux-tiers au parlement qui est nécessaire pour mener à bien une telle réforme. Certes, des gouvernements ont pu, par le passé, trouver un soutien dans une partie de l’opposition pour faire passer des réformes d’Etat mais un tel coup de main semble peu probable aujourd’hui puisque, pour l’opposition aussi, il y aura des élections en 2009 !

Cette fixation sur l’Orange Bleue marque en fait la volonté de ces trois partis de gouverner sans le PS pour aller frapper rapidement au coeur des dossiers socio-économiques. Les partenaires de l’Orange Bleue (y compris le CDH) veulent à nouveau imposer une « modération » salariale alors que, selon la Banque Nationale, le « handicap salarial » de la Belgique a disparu (s’il a jamais vraiment existé, ce qui n’est pas le cas à condition d’avoir l’honnêteté d’inclure dans la comparaison avec les pays voisins la productivité du travail – très haute en Belgique – et pas seulement les salaires horaires). Ils veulent aussi imposer une limitation dans le temps ou une dégressivité pour les allocations de chômage, réduire le nombre de fonctionnnaires,…

Patate chaude

“L’atterrissage” de l’Orange Bleue s’est donc terminée (momentanément ?) par un crash magistral. Il ne reste pas beaucoup d’autres options : un gouvernement « d’urgence » ou d’ « intérêt national » qui tente de remettre à plus tard le traitement de la patate chaude communautaire ou une tripartite classique qui tente de mettre sur pied une réforme d’Etat. Mais un gouvernement d’urgence va devoir, dans les faits, être une tripartite pour avoir un semblant de représentabilité. Et les questions qui se posent depuis six mois – comment la N-VA et le FDF pourraient-ils coexister dans un gouvernement, jusqu’où le CD&V et le MR sont-ils prêts à aller pour conserver leurs encombrants partenaires ? – resteront aussi dures à résoudre, quelle que soit la formule gouvernementale.

Même si le PS traîne parfois un peu la jambe, tous les partis traditionnels veulent continuer à mener une politique d’austérité néolibérale. Ils vont utiliser le ras-le-bol devant cette crise politique qui s’éternise – et bientôt aussi le ralentissement de la croissance économique annoncé par la majorité des économistes – pour tenter de convaincre la majorité de la population d’un nouverau « serrage de ceinture » est indispensable.

Le 15 décembre, les syndicats vont descendre massivement dans la rue pour dénoncer la diminution du pouvoir d’achat. Et selon tous les chiffres et toutes les études, ils ont toutes les raisons d’être mécontents : pendant que les profits explosent, le pouvoir d’achat des travailleurs et de ceux qui vivent des allocations continue à baisser.

Dans le climat actuel de surenchère communautaire – qui ne risque pas de s’améliorer à l’avenir – on ne peut qu’espérer que les syndicats seront tout à fait sérieux dans la mobilisation pour le 15 décembre. Une manifestation massive peut montrer aux négociateurs gouvernementaux que le mouvement ouvrier ne va pas se laisser diviser et manipuler. Mais le 15 décembre devra être le début d’une mobilisation et d’une lutte plus larges si nous ne voulons pas devoir payer les 10 milliards d’euros d’économies que Leterme estimait nécessaire de trouver pour fabriquer son budget.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai