La révolte du personnel communal vervietois

Depuis quelques semaines, le bourgmestre de Verviers Claude Desama (PS) fait des annonces inquiétantes quand à l’avenir du personnel communal. Selon lui, les finances de la ville sont au plus bas, les autorités ayant mal anticipé la baisse des rentrées due à la réforme fiscale du ministre libéral Didier Reynders. Il convient donc, selon Mr Desama, de revoir à la baisse la masse salariale qui pèse sur les finances de la commune.

Simon Hupkens

Ce genre de déclaration n’est bien entendu pas faite pour rassurer le personnel. Après avoir demandé à plusieurs reprises à rencontrer le bourgmestre, la CGSP s’est décidée à mobiliser ses militants pour un rassemblement devant l’hôtel de ville le 12 novembre.

Plus d’échappatoire pour Mr le bourgmestre. Confronté à quelques 200 syndicalistes, il déclare vouloir réduire la masse salariale par des mesures douces au cas par cas (prépensions, mi-temps, etc…). Il évoque des licenciements dans le cadre du contrat de sécurité et estime devoir réduire les dépenses du CPAS à hauteur de l’équivalent de 34 temps-pleins (« pas nécessairement par des licenciements » trouve-t-il bon d’ajouter).

Quelle est la réaction des militants syndicaux face à ces déclarations qui n’ont pas l’air de laisser beaucoup de place au dialogue?

Nous avons rencontré Mireille Baiwir, principale déléguée CGSP du secteur paramédical du CPAS de Verviers.

Quel serait l’impact des mesures prévues par le bourgmestre dans votre secteur de travail?

M.B: Mr Desama promet que pour 2008 il y aura 20 temps-pleins en moins dans le paramédical. ce ne seront pas nécessairement des licenciements secs, c’est vrai, mais de toute manière ça signifierait une perte d’emploi.

Pensez-vous,comme l’a dit Mr Desama, que la commune a engagé trop de personnel?

M.B: Dans mon secteur en tout cas, on tourne déjà avec très peu de personnel. Je pense que les économies se feraient sur le dos du personnel soignants, des infirmiers car, pour le reste du personnel, le CPAS travaille beaucoup avec des CDD et des articles 60 qui ne coûtent pas grand chose.

Quelle va être la réaction des syndicats?

M.B: Nous avons déjà obtenu une rencontre entre délégués et autorités communales. Cela faisait des semaines que nous essayions de discuter avec Mr Desama sans succès. Nous avons déposé un préavis de grève qui court jusque juin 2008. La base est très mobilisée, autant à la FGTB qu’à la CSC. Il va falloir défendre chaque membre du personnel, quel que soit sa couleur syndicale ou quoi que ce soit d’autre. Tout le monde doit bouffer quand il est midi!

Partager : Imprimer :