<![CDATA[Marche des sans-papiers – Rdv ce 3 mai, 15h, gare du midi!

C’EST AUX MULTINATIONALES QU’IL FAUT S’EN PRENDRE, PAS A LEURS VICTIMES!

Vottem_2014_EGALa récente tragédie qui a vu la mort de plus de 800 migrants en Méditerranée s’ajoute aux centaines de victimes de noyades recensées depuis le début de cette année (plus de 3.000 personnes ont ainsi perdu la vie l’an dernier uniquement). Mondialement, moins de 1% des réfugiés arrivent près de l’Union Européenne. La politique d’asile de l’UE est pourtant faite de criminalisation des réfugiés et de militarisation de ses frontières. Les centres fermés pour migrants sont de véritables prisons pour des réfugiés dont le seul crime est d’avoir voulu fuir la guerre et la misère dans leur pays d’origine. Mais il n’existe aucune voie d’accès légale pour cela.

Tract des Étudiants de Gauche Actifs (EGA)

C’est ainsi que beaucoup prennent le risque de traverser la Méditerranée à n’importe quel prix. Cette voie très dangereuse est de plus en plus empruntée suite aux guerres civiles sectaires qui font rage en Libye, en Syrie, en Irak, en Somalie et en Afghanistan.

Quant aux travailleurs sans-papiers en Belgique, le durcissement de la politique d’asile du gouvernement Michel les pousse toujours plus à la merci de patrons qui profitent de leur statut «illégal» pour disposer d’une main d’œuvre bon marché, au noir. C’est un désastre pour tous les travailleurs puisque cela met sous pression l’ensemble des conditions de travail et de salaire.

Les populistes de droite et l’extrême droite rendent les migrants responsables des pénuries sociales (logements, emplois,… prétendument «volés») pour mieux nous monter les uns contre les autres. Les véritables responsables que sont les multinationales et les gouvernements capitalistes peuvent donc plus facilement appliquer une politique austéritaire qui, dans nos pays, développe encore plus les inégalités et les pénuries et qui, dans les pays du monde néocolonial, intensifie l’exploitation brutale des travailleurs. Guerre, misère, répression : tout cela est inscrit dans le code génétique du capitalisme et sa logique de course aux profits.

Ensemble, avec ou sans papiers, allons chercher l’argent là où il est : dans les poches des multinationales! Pour les Étudiants de Gauche Actifs (EGA), il faut lier la nécessité d’une véritable politique d’accueil, la suppression des centres fermés, la fin des expulsions et la régularisation des sans-papiers à celle d’un plan radical d’investissements publics pour la construction massive de logements sociaux, d’écoles, etc. permettant la création d’emplois décents afin d’assurer un bon niveau de vie et un avenir à chacun, dans le cadre de la construction d’une société socialiste démocratique.]]>