<![CDATA[molenbeek_introSylvie, Rosio et Xavier sont au piquet de grève devant la maison communale de Molenbeek. « Il s’agit d’une grève contre les politiques antisociales du gouvernement. Nous voulons récupérer notre index, disposer d’une retraite décente pour profiter au maximum de nos vieux jours après avoir travaillé toute une vie, avoir un système fiscal juste qui assure que ce ne soit pas toujours aux mêmes de payer. Si ça continue, nous aurons bientôt ici une situation à l’américaine, avec quasiment aucune protection sociale. »

Par Els

« De plus, la commune de Molenbeek a récemment été mise sous curatelle en raison de ses problèmes financiers. Les gens ont extrêmement peur de perdre leur emploi. Maintenant, aucun départ en pension n’est remplacé. La charge de travail s’accroît rapidement. De plus en plus de services sont privatisés sous forme d’ASBL, ce qui a un effet sur l’emploi. C’est par exemple le cas des services de crèche dans les écoles. »

« La grève est bien suivie mais, malheureusement, les gens restent à la maison et ne viennent pas au piquet. Il sera toutefois nécessaire de poursuivre la lutte. »

Pour un autre lieu de travail bloqué, nous discutons avec une mère et sa fille, toutes deux employées à une crèche. Maria : « C’est un gouvernement des riches. Nous perdons tout. Ce n’est pas seulement le travail du MR, mais aussi du gouvernement précédent. Avec Onkelinx, nous avons eu de grosses réductions de budgets dans le secteur des soins de santé. Une grande partie de ce qui était auparavant remboursé doit maintenant être payé de notre poche. Les femmes sont particulièrement touchées. Après mon divorce, j’ai dû combiner deux emplois. Ce n’est pas normal! »

« De nombreux emplois bien rémunérés ont été perdus, comme dans le textile où j’ai été employée. Nous devrons nous battre à nouveau, tout comme dans le passé. A l’époque aussi, on ne nous a rien donné. » Anaelle: « Mais la résistance augmente. Ces deux dernières années, depuis l’avènement du nouveau conseil communal avec le MR et depuis le plan d’action de l’an dernier, notre syndicat s’est renforcé. A la crèche, nous avons doublé le nombre de nos membres. C’est très positif. Tous les lieux de travail sont fermés. Cela signifie qu’il y a une grande compréhension des raisons de la grève. »

Luz: « Nos actions n’ont jamais été aussi fortes. C’est la première fois que nous avons été en mesure de bloquer tous les lieux de travail. C’est le résultat d’une campagne d’information intensive qui a duré trois semaines. À la maison de repos, nous avons toutefois décidé de ne pas faire grève, ce qui montre que nous respectons les besoins des gens qui y sont. Le personnel a toutefois porté un badge qui souligne leur solidarité avec la grève. »

« la nouvelle situation de la commune aura des implications majeures pour le personnel. Nous avons de sérieux doutes quant à la gestion. On économise toujours sur le personnel, jamais sur la direction. »

]]>