Contribution à la discussion : Le CAP doit avoir comme objectif la création d’un nouveau parti des travailleurs

“Une autre politique est nécessaire et possible”. C’est sur ce thème que nous nous sommes présentés aux élections du 10 juin. Le contenu revendicatif de ce slogan était développé dans notre programme électoral et était largement compris et accepté parmi les membres du CAP. Mais notre faible résultat électoral a montré que l’absence d’une prise de position claire dans notre nom et dans nos slogans – quelle est cette « autre » politique que nous voulons et avec quels instruments espérons-nous la mener – a joué contre nous.

Depuis lors, les difficultés pour relancer le CAP ont, elles aussi, montré qu’il est plus que temps de préciser notre projet politique. Si le CAP veut avancer vers la formation d’un nouveau parti, il va devoir prendre position de façon claire et faire des choix afin de construire un outil solide.

Sauver la solidarité… en lui donnant une voix politique

Depuis le 27 septembre, des dizaines de milliers de personnes ont signé la pétition Sauvons la solidarité en réponse aux chamailleries communautaires entre les partis traditionnels. Mais ceux qui signent la pétition n’ont plus de parti qui porte clairement leur voix dans le débat politique.

Quel parti défend – dans ses actes et pas seulement uniquement dans ses discours, au pouvoir et pas seulement dans l’opposition – des revendications comme un salaire convenable, des conditions de travail et de vie saines et sécurisées, une pension décente,… ? Quel parti défend encore les intérêts de la majorité de la population, celle qui vit d’un salaire ou une allocation ? Quel parti agit encore au niveau belge dans le sens de la solidarité entre les populations ? Aucun. Ce constat reste aujourd’hui tout aussi vrai que lors des luttes contre le Pacte des Générations et les licenciements massifs à VW et Opel.

Beaucoup de ceux qui disent ne plus vouloir voter pour le PS et le SP.a expliquent que « ce ne sont plus des partis de gauche » et qu’ « on n’y écoute plus les travailleurs et les militants de base ». Seule une formation politique organisée sur le plan national qui défendra à nouveau clairement les intérêts de cette majorité de la population et qui fonctionnera sur une base démocratique et ouverte pourra rendre un espoir à ceux qui l’ont perdu, reconstruire une combativité qui s’est dégradée et construire une alternative, dans les luttes et dans les élections.

Pour un nouveau parti des travailleurs et de la solidarité

L’idée que les travailleurs – au sens large, c’est-à-dire en y incluant ceux qui ont un emploi et ceux qui n’en n’ont provisoirement pas (en chômage, en maladie), qui n’en ont plus (prépensionnés et pensionnés) ou qui espèrent en avoir bientôt un (jeunes aux études) – ont de véritables intérêts communs et qu’ils doivent les défendre dans la solidarité a reculé au cours du dernier quart de siècle. Beaucoup de travailleurs ont perdu une vision collective de leur situation, de leurs problèmes et des revendications à défendre ; ils ont été amenés à penser que leurs problèmes ne sont pas ceux des autres, qu’il n’ont rien à attendre comme solidarité de la part des autres, qu’ils sont obligés de chercher des solutions individuelles,…

Le CAP va devoir s’engager activement dans cette lutte des idées. Il va devoir prouver sur chaque question concrète que seul un point de vue basé sur les intérêts collectifs des travailleurs et sur la solidarité peut permettre d’organiser les actions efficaces qui puissent faire barrage aux projets du patronat et du gouvernement.

Pour cela, le CAP devra :

  • être présent au quotidien dans les luttes, des « grandes batailles nationales » contre les plans gouvernementaux d’austérité aux « petits combats locaux » contre la fermeture d’un bureau de poste.
  • mettre inlassablement l’accent sur les intérêts communs que les travailleurs ont entre eux et avec les usagers des services publics, participer concrètement à l’organisation de ces luttes et de cette solidarité, et mettre en avant la nécessité d’un nouveau parti capable de redonner une voix aux travailleurs.
  • continuer à œuvrer, à travers l’action en commun et le débat politique, pour favoriser l’unité de tous ceux qui, à gauche, organisés politiquement ou non, se reconnaissent dans cette perspectived ‘un nouveau parti des travailleurs.

C’est de cette manière que le CAP pourra grandir et devenir plus visible et plus efficace.


Nathalie Dupont – tête de liste CAP Liège

Bart Vandersteene – tête de liste Oost-Vlaanderen

Gustave Dache – tête de liste CAP Hainaut

Ludo Mommen – tête de liste CAP Anvers

Hugo Matthieu – 4 place CAP Oost-Vlaanderen

Simon Hupkens – 2 place CAP Liège

Levi Sollie – ABVV délegué Bayer

Jo Coulier – ABVV délegué VUB

Katia Chikowski – secretariat CAP Liège

Jean Peltier – secretariat CAP Liège

Patrick Zeoli – 6e place CAP Liège

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai