GAZ: 17% de hausse en 2008 !

Souvenez-vous. Le 15 juin, Electrabel annonçait une hausse du prix du gaz de 13% à 21% dès le 1er septembre. Bon prince, l’opérateur gazier s’engageait à ne pas augmenter le prix de l’électricité.

Thierry Pierret

Le tollé dans la population, relayé hypocritement par le monde politique en pleine effervescence post-électorale, contraignait Electrabel à revenir sur ses déclarations. Non seulement le prix augmenterait à peine d’ici le 31 décembre (pas plus de 3%), mais on allait même retoucher de l’argent lors de la facture de clôture. Dans la foulée, Electrabel faisait la promotion d’un contrat EnergyPlus sensé nous faire économiser de l’argent. Il y avait forcément anguille (électrique) sous roche…

La Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz (CREG) a touillé sous la roche et l’anguille électrique a dû montrer le bout du nez. Il s’avère en effet, d’après la CREG, que le prix du gaz augmentera de 17% en 2008, ce qui représente une hausse moyenne de 172 euros pour les familles. C’est-àdire pile poil la moyenne de la fourchette de hausse des prix annoncée en juin…

Et, alors qu’Electrabel s’était engagé en juin à préserver les consommateurs de toute hausse du prix de l’électricité, la CREG a aussi révélé que le prix de l’électricité allait suivre le même mouvement.

Mais lorsqu’on saisit une anguille, elle vous glisse entre les doigts. Electrabel essaie ainsi d’éluder les conclusions de la CREG sous prétexte qu’il serait trop difficile de prévoir l’évolution des marchés en 2008. L’enquête de la CREG se base pourtant sur des données fournies par Electrabel…

Cette enquête a aussi révélé qu’Electrabel avait fixé un prix du gaz anormalement bas lors de la libéralisation du marché du gaz et de l’électricité qui a eu lieu le 1er janvier en Wallonie et à Bruxelles. Le but était de garder un maximum de clients dans la période transitoire où les consommateurs pouvaient changer d’opérateur. Maintenant que la date limite est dépassée, Electrabel se rattrape en augmentant ses prix en flèche.

Le Conseil de la Concurrence a ouvert une enquête pour pratiques illégales. Mais, en réalité, la « saine concurrence » destinée à bénéficier aux consommateurs n’est qu’une vue de l’esprit des capitalistes. La libéralisation du marché débouche toujours à terme sur l’instauration du monopole d’une entreprise privée qui se substitue au monopole public. Avec cette différence que l’entreprise privée n’est pas soumise aux contraintes de service public en matière de prix raisonnables et de service universel.

La solution n’est pas de rétablir la saine concurrence, mais de placer Electrabel sous le contrôle des pouvoirs publics avec un droit de regard des consommateurs et du personnel sur les choix énergétiques.

Partager : Imprimer :