Les Banques Centrales distribuent des centaines de milliards d’euros aux speculateurs!

Deux millions d’Américains vont perdre leurs maisons, 80.000 leur emploi

Pendant des années, des banques américaines ont signé à tour de bras des prêts hypothécaires à des ménages qui, sans cela, n’auraient pas eu les moyens de se payer une maison.

Kristof et Eric Byl

Tant que le prix de l’immobilier augmentait (et avec lui la valeur des maisons mises en gage), la plupart parvenaient à rembouser ces prêts. Mais ces derniers mois, les taux d’intérêt ont monté et le prix de l’immobilier a baissé. Résultat : le nombre de ménages en cessation de paiement des prêts hypothécaires (majoritairement à taux d’intérêt variable) a atteint 16% chez les ménages les moins solvables et 5% chez les autres. 2 millions de propriétaires américains (5% du total) risquent de perdre leur maison avant la fin de l’année.

Dans cette crise, 84 sociétés de crédit ont déjà fait faillite ou ont été mises en vente et 60.000 emplois ont été perdus dont 20.000 dans le bâtiment. Mais la crise ne s’arrête pas là. Car beaucoup d’emprunts hypothécaires à risques ont été transformés en actions (« titrisés ») et revendus à d’autres banques américaines et étrangères. Par conséquent, personne ne connaît l’effet exact de cette crise – au départ très limitée – sur le reste du système financier mondial. HSBC, la troisième banque mondiale, à perdu 5,65 milliards de dollars, la banque américaine Citigroup plus de 500 millions, la banque allemande WestLb 1,25 milliard d’euros. La BNP-Paribas française a du geler trois de ses fonds d’investissement.

Après les dernières crises (1982, 1987, 1996, 2001), les reprises économiques se sont faites à coup d’emprunts. Mais aujourd’hui, les banques ne sont plus prêtes à financer des prêts. Ceci menace de mettre fin à la vague mondiale de fusions et de reprises d’entreprises qui est un moteur important de l’activité boursière.

Les banques hésitent même à se faire mutuellement des prêts, ce qui a créé une pénurie de liquidités. C’est pourquoi les Banques Centrales européenne, américaine et japonaise sont intervenues en injectant des centaines de milliards de dollars en crédits à bon marché. Après les attentats du 11 septembre 2001, la BCE avait injecté 69 milliards d’euros ; aujourd’hui, elle a dû en mettre 230 milliards !

L’ampleur de ces interventions illustre à quel point les banques centrales prennent au sérieux la situation, ce qui a provoqué encore plus d’inquiétude chez les investisseurs. Cet aff lux d’argent et l’assouplissement des crédits ont permis aux marchés financiers de respirer.

VERS UNE CRISE IMMINENTE?

La plupart des stratèges économiques poussent des soupirs de soulagement. L’espoir grandit de voir la tempête annoncée se dégonfler. En réalité, la crise est inscrite dans la situation actuelle.

Sur le marché mondial, le nombre de travailleurs disponibles pour les entreprises capitalistes a doublé avec l’effondrement de l’Union Soviétique et du bloc de l’Est et avec le choix fait par les dirigeants chinois d’introduire l’économie de marché. La forte hausse du taux d’exploitation des travailleurs qui a accompagné ce processus a assuré des chiffres de profits records mais le pouvoir d’achat n’a pas pu suivre la production. Ceci doit inévitablement mener à une crise de surproduction et à une récession.

Ces dernières années, la crise a été systématiquement reportée grâce au crédit extrêmement bon marché basé sur des taux d’intérêts historiquement bas. Cela n’a été possible que parce que les pays producteurs de pétrole de l’OPEP, la Chine et le Japon ont continué à investir leurs excédents commerciaaux en dollars. Mais aucune économie, même la plus forte du monde, ne peut continuer à vivre aux crochets du crédit. Tôt ou tard, les Etats-Unis devront se désintoxiquer mais, comme tout toxicomane, la FED à préferé une dernière piqûre de crédit. Des banques asiatiques ont déjà perdu des milliards à cause de la baisse du dollar. Jusqu’à quand vont-elles tolérer de telles pertes si le dollar continue à réculer ? Mais si elles vendent leurs réserves en dollars, celuici risque de glisser complètement vers le fond.

Il est peu probable que les capitalistes soient capables de postposer encore des années leur crise. Mais on peut déja affirmer que plus elle sera postposée, plus ses effets seront devastateurs. Nous pouvons nous attendre au cours des prochaines années à des tremblements de terre dans l’économie mondiale, avec des licenciements et des fermetures sur une échelle beaucoup plus large encore qu’aujourd’hui.

Il n’est pas possible de trouver des solutions fondamentales au sein du capitalisme. Ce système malade doit être remplacé par une économie démocratiquement planifiée où le travail disponible est utilisé en fonction des besoins de toute la population et pas en fonction d’une élite de plus en plus riche.

Partager : Imprimer :