Les travailleurs, les chômeurs et les pauvres ont besoin de leur propre parti !

Depuis 1995 déjà, le MAS/LSP met en avant la nécessité d’un nouveau parti des travailleurs. A cette époque, le Plan Global était encore dans toutes les mémoires mais les directions syndicales avaient encore réussi à convaincre leur base que la coalition chrétienne-“socialiste” au pouvoir était “le gouvernement le plus à gauche possible”.

Par Anja Deschoemacker, 3e sur la liste néerlandophone pour le Sénat

Aujourd’hui, les choses ont bien évolué. Depuis des années, le PS commence enfin à être vu comme l’architecte de la casse sociale. Au vu de la résistance contre ce démantèlement de nos acquis – entre autres les centaines de milliers de grévistes et de manifestants contre le Pacte des Générations – il est clair que « le fossé entre le citoyen et la politique » dont parlent les médias signifie surtout que la grande majorité de la population ne se sent plus représentée politiquement.

Un vote utile ?

Beaucoup de travailleurs, de chômeurs, de pensionnés et de jeunes vont pourtant de nouveau opter pour le soi-disant « vote utile à gauche ». Ce processus, en France, a permis à Ségolène Royal d’obtenir un bon score au premier tour des présidentielles tandis que Tony Blair a pu se maintenir au pouvoir pendant dix ans en Grande-Bretagne, et ce malgré l’énorme chute de popularité du New Labour. Chez nous, les partis socialistes viennent de passer 20 années d’affilée au pouvoir malgré leur participation à toutes les privatisations et au démantèlement de nos droits et acquis.

Nous comprenons les motivations de ces électeurs qui veulent voter « utile » mais nous pensons que l’expérience des dernières décennies démontre que ce vote « utile » ne nous mène à rien sauf à une politique de démantèlement social négociée.

Si on parle en termes d’équivalents temps plein, aucun emploi supplémentaire n’a été créé au cours de ce dernier quart de siècle et la part des salaires dans la richesse nationale a constamment diminué, tout comme le pouvoir d’achat des salariés, notamment à cause du coût toujours croissant du logement. Beaucoup de services publics sont quant à eux soit déjà privatisés, soit en passe de l’être et les conditions de travail y sont souvent devenues plus pénibles pour un service aux usagers fortement diminué (au contraire des prix…).

Contre tout cela, un “vote utile” n’est pas suffisant. Le prochain gouvernement – où seront très probablement à nouveau présents le PS et le SP.a – va poursuivre les attaques contre les pensions et les chômeurs tout en continuant à donner des cadeaux aux patrons sous forme, notamment, des diminutions de charges patronales qui minent notre sécurité sociale….

Résistance !

La lutte contre la régression sociale sera en grande partie une lutte syndicale. Pour la mener de manière efficace, il est nécessaire de rassembler les militants syndicaux combatifs dans un parti capable de les armer avec un programme et une stratégie corrects.

Nous ne pouvons pas garantir que le CAP deviendra un nouveau parti large de gauche qui défende de façon conséquente les intérêts des travailleurs, des chômeurs et des pauvres. Mais, ce qui est sûr, c’est que le CAP offre une opportunité qui doit être saisie à pleines mains. Si le CAP ne se développe pas, nous en serons réduits une nouvelle fois à entrer dans les prochaines luttes sans aucune réponse politique du mouvement ouvrier.

Nous pensons que le CAP a un potentiel gigantesque. Les résultats électoraux ne pourront exprimer ce potentiel que très partiellement, mais la campagne électorale offre une excellente base pour construire cette initiative. Après les élections, le MAS/LSP va donc continuer ses efforts pour aider à construire le CAP avec autant d’enthousiasme et d’énergie !

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai