Les tentatives pour faire taire le CAP ont échoué !

Le développement du CAP mène ci et là à des réactions négatives. Pas parmi les travailleurs, les jeunes, les chômeurs, les retraités,… mais bien dans l’establishment ou les partis traditionnels. Le CAP ne se laisse toutefois pas faire !

Bruxelles: pas de stand le 1er mai?

Lors de la fête organisée par la FGTB-Bruxelles à l’occasion du 1er mai, le sommet de la FGTB a tenté d’empêcher le CAP de tenir un stand. Un membre du MAS/LSP, Tim Joosen, premier suppléant sur la liste CAP pour Bruxelles-Hal-Vilvorde, a été arrêté par la police et ceci à la demande des organisateurs !

Il n’a pas fallu une heure pour que le CAP soit de retour avec environ 25 militants supplémentaires parmi lesquels beaucoup de délégués syndicaux, rejoints encore par des militants revenant d’une autre manifestation. Cette forte présence a permis d’éviter que les organisateurs n’osent de nouveau faire appel à la police.

Cela n’a visiblement pas été sans frustration puisque le bourgmestre PS de Bruxelles, Tielemans, invité vedette de la fête, a ponctué son discours d’un doigt d’honneur en disant " Et ceci vaut pour les gens du CAP ". Le vrai visage du PS ?

Kapelle-op-den-Bos : pas de parrainages ?

Le 7 mai, Eric Byl, 17e sur la liste de la Chambre de la Flandre Occidentale, s’est présenté à la commune de Kapelle-op-den-Bos pour faire légitimer les listes de parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter aux élections. Le fonctionnaire n’a toutefois pas voulu faire les vérifications. Selon ce même individu borné, aucun contact avec le bourgmestre n’était possible.

Eric a dû revenir bredouille mais les choses n’en sont pas restées là. Une campagne de protestation a été mise en route immédiatement. Le bourgmestre a réagi le matin suivant et les services communaux ont téléphoné pour dire qu’ils voulaient finalement bien valider les signatures.

Hainaut : pas de petites listes ?

Dans le Hainaut, un juge a décidé de refuser 8 listes pour la Chambre, notamment celle du CAP. Motif: les signataires des listes de parrainage n’ont pas pu savoir exactement qui étaient tous les candidats. Une raison absurde évidemment, mais par contre bien utile pour limiter encore plus l’accès des électeurs à des alternatives aux partis établis, une discrimination qui vient s’ajouter à une liste déjà longue contre les petits partis. Le CAP a refusé de laisser les choses se passer ainsi. Notre camarade Boris Malarme a coordonné l’élaboration d’une réponse juridique et, lors de la session du Tribunal de Mons, des dizaines de militants du CAP ont manifesté. Résultat : les listes sont acceptées.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai