[INTERVIEWS] ‘‘Il ne faut faire aucune concession à ce gouvernement !’’

Liege_interviewsDans le cadre de la journée de grève régionale à Liège, plusieurs équipes de militants du PSL ont rendu visite aux très nombreux piquets de grève. La manifestation du 6 novembre fut un succès monumental, la journée de grèves régionales du 24 novembre fut aussi une réussite et ce 1er décembre n’a pas dérogé à la règle. Voici ci-dessous quelques réactions de personnes rencontrées aux piquets, récoltées par Cathy.

Fabian, 40 ans, sans emploi

« Il ne faut faire aucune concession à ce gouvernement ! C’est grève au finish. Les délégués commerciaux nous informent et on a un très bon contact avec eux. Mon papa était syndicaliste, j’ai toujours été dans le mouvement. Faut bouger ! Et pas que les syndicats. Il faut les syndicats, les chômeurs, les travailleurs, les étudiants : ensemble, recréer de la solidarité.

« Il faut aussi informer les gens : j’ai rencontré un délégué syndical qui ne savait même pas que les chômeurs exclus ne pourraient pas systématiquement avoir accès au CPAS. Les chômeurs vont perdre le peu qu’ils ont et ils n’auront plus rien : on appauvrit les gens.
On doit bloquer les banques et les nationaliser et sortir de la zone euro parce qu’avec le TTIP (Traité transatlantique) ça va être pire ! »

Angy, puéricultrice, en incapacité maladie

« C’est le gouvernement ET les mesures qu’il faut faire tomber. C’est pas juste De Wever, le PS a bien préparé le terrain pendant des années ! Que ce soit à la Mutuelle, au chômage ou comme travailleur, tu gagnes la misère : tu paies ton loyer, tes charges et il te reste 100 euros pour bouffer et pour tes enfants ! Faut arrêter de rire. Mes enfants, ils la paient déjà la taxe tartine et ils n’ont même pas droit à la soupe avec ça. Il faudrait un syndicalisme populaire, des assemblées du peuple, pour qu’on gère ce qu’on a produit, qu’on décide nous-mêmes. »

5 travailleurs d’ESB, entreprise qui ferme, en négociation pour leur fin de contrat

« A nous 5, on comptabilise 150 ans de travail ! L’entreprise ferme, et après une moyenne de 35 ans de travail, on nous refuse même la prépension, c’est honteux, dégueulasse ! Ce gouvernement est mauvais. Et le pire, c’est qu’en Grèce ou en Espagne, c’est la merde, l’austérité a empiré les choses et ici, c’est comme si on ne voyait rien, on continue dans le même système.

« Les jeunes n’ont pas d’avenir, les moins jeunes sont dans la merde et les vieux ne peuvent pas s’arrêter de bosser…Mais c’est quoi ça ? »

Le Parti Socialiste de Lutte défend:

• Rétablissement total de l’indexation, négociations salariales libres et salaire minimum de 15 euros bruts de l’heure!
• Non à la dégradation des contrats de travail par la sous-traitance, l’intérim ou les autres emplois précaires !
• Bas les pattes du statut des fonctionnaires! Aucun démantèlement des services publics! Aucune privatisation ou libéralisation! De l’insourcing au lieu de l’outsourcing!
• Bas les pattes de nos pensions. Maintien de la prépension et de la retraite anticipée!
• Augmentation des pensions à minimum 75% du dernier salaire avec un minimum de 1500 euros par mois!
• Ni chasse aux chômeurs, ni dégressivité, ni service communautaire! Attaquons le chômage par la diminution généralisée du temps de travail à 32 heures/semaine sans perte de salaire et avec embauches compensatoires!
• Nationalisation des secteurs clés de l’économie sous contrôle démocratique de la collectivité!
• L’économie de marché chaotique et la course aux profits n’offrent aucune garantie d’emplois. Pour une économie planifiée, gérée et contrôlée démocratiquement par la collectivité : pour un socialisme démocratique et moderne!

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste