Quand le PS rêve d’être un parti unique…

Menace de sanctions contre une militante du PS :

Sur le site du PS, on peut lire que tout est fait pour que « la démocratie interne soit totale ». Par exemple, les militants PS peuvent être sanctionnés pour avoir pensé que d’autres listes que celle du PS peuvent se présentent aux élections. Di Rupo et compagnie ne sont plus à ça près…

Un peu de technique…

Présenter une liste aux élections ne se fait pas si simplement. Enfin, ça dépend pour qui. Pour présenter des candidats aux élections fédérales du 10 juin prochain pour le Sénat par exemple, il faut récolter 5.000 signatures de personnes qui trouvent que la liste a le droit de se présenter. Un peu comme avec les signatures de maires en France. Cela n’engage strictement à rien vis-à-vis de du programme ou de quoi que ce soit, ça permet juste à un parti de (tenter de) participer au débat politique (en théorie, et pour autant qu’il existe vraiment). Les partis établis, eux, peuvent simplement demander 3 signatures de parlementaires. Faites le calcul, selon cette « logique », 1 parlementaire vaut 1666 personnes.

Pour les communales, c’est un peu plus aisé. Là aussi, les partis traditionnels peuvent récolter quelques signatures de conseillers communaux là où un « petit » parti doit récolter une ou plusieurs centaines de signatures de liste de parrainage (le chiffre varie d’une commune à l’autre en fonction de sa population).

Derrière ce merveilleux système, il y a officiellement le souci de mettre un maximum de bâtons dans les roues des partis « non démocratiques » (et officieusement de faire un maximum de croche-pieds à toute contestation organisée).

Le PS est particulièrement bien placé pour donner des leçons à ce sujet…

Aucun débat dans les rangs !

Aux élections communales d’octobre 2006, le Mouvement pour une Alternative Socialiste a déposé des listes dans plusieurs communes. Nous ne représentions pas un grand danger, notre budget pour ces élections au niveau national était de 2.500 euros (combien de centaines de milliers pour le PS ?) ! Il s’agissait surtout pour nous de mobiliser pour la conférence du 28 octobre qui a lancé le Comité pour une Autre Politique.

Lors des collectes de listes de parrainage, parmi les signataires, on trouve de nombreux membres de partis traditionnels qui estiment juste qu’un maximum de partis doivent se présenter dans le cadre du débat démocratique. Et bien, c’est intolérable pour certains responsables du PS. Notamment dans le fief de Di Rupo.

Une militante montoise a ainsi reçu une lettre assez déroutante. Morceau choisi :

« (…) vous auriez apposé votre signature sur le document de présentation de la liste M.A.S., liste concurrente de celle du Parti socialiste (la majuscule se met à « parti », pas à « socialiste »… NDLR). Il s’agirait d’une faute grave de la part d’une militante socialiste, laquelle mériterait une sanction. (…) »

Au delà de ce que cela révèle sur la notion de « démocratie » au sein du PS, le parti a, de plus, enfreint la loi sur la violation des libertés démocratiques. L’ensemble des partis participant aux élections a bien le droit de consulter les listes de parrainage afin d’en vérifier la validité. Par contre, nul n’a le droit de les comparer à ses propres listes de membres pour les pénaliser.

Après les privatisations et l’application d’une politique antisociale de façon générale (Pacte des générations, chasse aux chômeurs,…) ou encore les affaires de corruption, le PS n’a pas seulement largement prouvé qu’il ne défendait plus les intérêts de la majorité, mais il a également démontré sa capacité à utiliser les instruments les plus nauséabonds en terme de manœuvres, de malhonnêteté et d’hypocrisie.

Les militants honnêtes n’ont pas leur place au PS

Cependant, un bon nombre de militants honnêtes estiment qu’il faut travailler au sein du PS pour le faire évoluer et changer les choses par son intermédiaire. L’exemple ci-dessus s’ajoute à de nombreux autres qui illustrent les mécanismes internes existant pour brimer toute contestation de la ligne du parti décidée par la direction.

Pour tous ceux qui recherchent un organe de lutte, des solutions face aux problèmes causés par cette société injuste, le PS est un piège. La direction du PS a depuis longtemps choisi son camp – et ce n’est pas celui des travailleurs – et a surtout instauré un véritable contrôle sur l’appareil du parti. L’éclaircie ne peut venr que de l’extérieur.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai