Banques agressives ou ministres socialistes… Qui menace la sécurité sociale ?

Banques agressives ou ministres socialistes…

Les dirigeants socialistes aiment à présenter la Sécurité sociale comme leur grande œuvre qui irait à sa perte si le PS devait abandonner le gouvernement. Plusieurs études publiées récemment montrent que cette sécurité sociale ne se porte pas si bien que ça aujourd’hui. Et ce malgré la présence ininterrompue des partis socialistes au gouvernement depuis 1988.

Karel Mortier

Cette période a vu les allocations sociales fortement reculer par rapport aux salaires et les pensions rejoindre le peloton de queue de l’Europe. La pauvreté relative dans notre pays est aujourd’hui aussi élevée qu’il y a 40 ans. Près de 15% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Le risque de pauvreté est encore plus grand chez les pensionnés parce que nos pensions sont parmi les plus basses d’Europe. D’après une étude européenne, près de 21% des plus de 65 ans sont pauvres dans notre pays.

A l’approche des élections, PS et SP.a font de nouveau toutes sortes de promesses – comme de relever les pensions à 70% du dernier salaire net – qui n’auraient pas été nécessaires s’ils avaient tenu leurs promesses précédentes.

Citibank

Hans Bonte, député SP.a et président du CPAS de Vilvorde, a certainement raison quand il dénonce les pratiques commerciales agressives de la banque Citibank qui pousserait des ménages déjà fortement endettés (notamment des chômeurs et des gens sous contrat ALE) à demander de nouveaux prêts à la consommation. Mais, par cette attaque, le SP.a vise surtout à nous faire oublier que la pauvreté et les inégalités sociales ont augmenté lorsque les Partis Socialistes étaient au pouvoir, de telle sorte que de plus en plus de gens sont à la merci d’institutions douteuses comme Citibank.

C’est tellement commode de s’en prendre à une institution bancaire pour redorer son blason de gauche et donner l’impression qu’on fait quelque chose pour les pauvres. Pourquoi le SP.a a-t-il attendu si longtemps pour se préoccuper d’un problème qui est connu depuis des années ? Pourquoi n’a-t-il pris aucune initiative dans le passé pour mettre un terme aux éventuelles pratiques douteuses de ce type de banques ?

Attaques contre le niveau de vie

Citibank n’est pas à l’origine du problème, mais elle tire profit des conséquences de la politique des partis traditionnels. La participation du PS et du SP.a au pouvoir n’a pas empêché le pouvoir d’achat de baisser à cause des atteintes à l’index, de la baisse des allocations et de la vie chère ; c’est d’autant plus vrai pour ceux qui doivent payer un loyer.

Les partis traditionnels ont négligé d’investir suffisamment dans des logements abordables, de telle sorte que les gens doivent consacrer une part de plus en plus importante de leur revenu au logement. La précarité croissante sur le marché du travail fait en sorte que de plus en plus de gens cherchent une issue dans des crédits bon marché pour maintenir leur niveau de vie ou pour pouvoir temporairement joindre les deux bouts. Et quand le SP.a dénonce le fait que Citibank cible les chômeurs, il oublie que ses propres ministres en ont fait des proies faciles en privant des milliers de chômeurs de leurs allocations. Quelle hypocrisie !

En fait, Citibank et les dirigeants socialistes ne diffèrent pas tant que ça. Tous deux vivent des économiquement faibles, tous deux jurent leurs grands dieux qu’ils leur viennent en aide mais l’un comme l’autre les utilisent pour mieux se porter eux-mêmes.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai