Une action de Résistance Internationale contre l’interdiction du foulard. Unité dans la lutte

Une action de Résistance Internationale contre l’interdiction du foulard

Résistance Internationale et le MAS/LSP ont organisé une série d’actions à Gand contre la proposition du ministre Dewael (VLD) d’interdire le foulard dans l’enseignement de la Communauté flamande. Nous avons ainsi avancé de façon très concrète notre programme anti-capitaliste et antiraciste. Contrairement aux Dewael, Destexhe, Lizin et Cie, nous voulons tirer la communauté musulmane de son isolement et la convaincre de lutter contre la politique antisociale du gouvernement. Nos deux actions au secrétariat du VLD et à l’Hôtel de Ville ont été couronnées de succès.

Katrijn Zaman

Le MAS/LSP et Résistance Internationale ont pris l’initiative de cette campagne parce qu’il est de notre devoir de lutter contre les mesures racistes et discriminatoires. Nous savons qu’elles ne sont que le prélude à des atteintes ultérieures aux droits et libertés de tous. Voilà pourquoi nous avons mené cette campagne devant plusieurs écoles à forte concentration d’élèves musulman(e)s. Les jeunes filles musulmanes ont réagi avec enthousiasme à notre appel à manifester devant le siège du VLD. Nous avons réussi à rassembler quelque cinquante jeunes, des «autochtones» comme des «allochtones». Les jeunes filles musulmanes, avec ou sans foulard, étaient ouvertes à la discussion. Elles voulaient discuter de notre tract et de nos points de vue. Nous avons su gagner leur respect en organisant cette action. Elles ne s’attendaient pas à cela de la part d’un groupe de jeunes «autochtones». Nous avons à nouveau ressenti ce respect lors de notre second appel à l’action devant l’Hôtel de Ville.

Le groupe Vlaams Blok au conseil communal avait en effet soumis au vote une proposition d’interdiction du foulard. Mises en confiance par notre approche et convaincues par nos méthodes d’action, elles sont revenues pour cette seconde action. Elles avaient même battu le rappel de leurs parents et amis, de telle sorte que nous nous sommes retrouvé à 70. Elles allaient vers nous pour nous féliciter d’avoir lancé ce nouvel appel. Lorsque nous nous sommes mis à circuler avec les listes de parrainage pour les élections, elles ont signé sans hésitation.

C’est très important de discuter avec ces jeunes filles musulmanes à partir de thèmes concrets qui les interpellent directement. De là, nous avons pu élargir la discussion à Malcolm X et sa lutte contre le racisme et l’injustice. On voyait poindre chez elles une réelle conscience politique et elles comprenaient d’où venait cette proposition de Dewael. Toute la question était de savoir comment la combattre le plus efficacement. Grâce à notre action, elles se sont rendu compte que ce n’était pas seulement à la communauté musulmane de réagir. Nous devons mener une lutte unifiée par des grèves, des manifestations et d’autres actions de protestation afin de créer un rapport de force.

Il faut clarifier le petit jeu du gouvernement auprès de cette communauté et lui démontrer que toutes les communautés sont victimes de la politique de démolition sociale. Une partie de ces jeunes filles musulmanes voulaient collaborer à la construction de Résistance Internationale et poursuivre la discussion avec nous. Voilà comment on peut briser la glace et ouvrir la voie à une lutte unifiée. Ce sont de telles actions qui permettent aux idées socialistes de faire leur chemin au sein d’une communauté tenue à l’écart du reste de la société. Il s’agit maintenant de poursuivre sur notre lancée dans la lutte autour de ces thèmes. Cette campagne a été couronnée de succès et pourrait bien signifier un pas en avant dans la construction d’une alternative de gauche!

Partager : Imprimer :