Home / Jeunes / Jeunes en lutte pour l'emploi / Améliorer l’emploi en payant les jeunes moins chers : une nouvelle provocation de la NVA

Améliorer l’emploi en payant les jeunes moins chers : une nouvelle provocation de la NVA

resistanceD’après le Soir, le parti de Bart De Wever aurait avancé une proposition à ses partenaires du futur gouvernement afin de « stimuler l’emploi ». L’idée serait simplement de payer les travailleurs de moins de 21 ans moins cher que leurs collègues ! Les jeunes devraient attendre deux ans avant de toucher un salaire normal (celui du barème en vigueur, le même que les autres travailleurs plus âgés).

Par Nicolas P. (Bruxelles)

Ainsi, un jeune de 16 ans toucherait 70% du salaire minimum, ensuite 82% à 18 ans, pour finalement atteindre le salaire minimum à 21 ans.

Ce projet illustre la volonté du gouvernement de réduire les coûts pour le patronat, en attaquant les conditions de travail et les salaires de la population. Cette inégalité salariale ne se ferait ni sur base de la formation, ni de la qualité du travail, mais uniquement de l’âge. À travail égal…salaire inégal d’après la NVA !

Encore une fois, ceci nous montre que la NVA n’est pas seulement un parti « anti-francophone » comme présenté dans les médias, mais plus fondamentalement un parti de droite radicale, plus soucieux d’aider à remplir les portefeuilles des patrons que les poches des citoyens, qu’ils soient francophones ou néerlandophones ! Le MR, seul parti francophone de cette coalition, a d’ailleurs déjà déclaré ne pas être contraire à cette proposition.

Le schisme n’est pas linguistique, il est politique. Ce gouvernement se prépare à détruire chaque parcelle d’acquis sociaux de la population, afin de maximiser les bénéfices des actionnaires. Face à cela, les Étudiants de Gauche Actifs (Actief Linkse Studenten), s’organisent dans tout le pays et toutes les langues pour préparer la résistance à ces politiques néolibérales.

Le PSL (Parti Socialiste de Lutte), avec EGA qui constitue son organisation étudiante, met en avant la nécessité d’un partage du temps de travail, avec une semaine de 32h, sans pertes de salaires, avec embauches compensatoires et réduction des cadences. Cette position est également défendue par la FGTB et de nombreuses organisations politiques et associatives, qui choisissent de défendre les travailleurs et leurs droits, plutôt que les capitalistes et leurs profits.

Si toi aussi tu considères qu’un jeune peut être autre chose que de la chair à patrons, rejoins-nous !