Le Vlaams Belang veut faire la chasse aux jeunes

Le Vlaams Belang à Malines n’aime pas trop les « jeunes qui traînent ». Le parti veut expérimenter l’invention d’un ingénieur britannique contre les jeunes. Cette invention s’appelle le «moustique». L’appareil émet des ultrasons qui ne sont audibles que des jeunes de moins de 25 ans !

Extraits choisis…

Bruno Valkeniers, un dirigeant frais émoulu du VB, sur la violence de l’organisation étudiante NSV: « Beaucoup de membres du Belang étaient mes amis lorsque j’étais au NSV. Certes, ce n’était pas des enfants de choeur. Tu sais, on est jeunes et on en veut. Alors on choisit la voie du radicalisme. Je n’ai pas honte de cette violence de rue occasionnelle ».

Le député VB Filip Deman répète un vieux slogan du VB des années 80, qu’il avait lui-même repris aux nazis des années 30. « Pourquoi faut-il des immigrés s’il y a plus d’un demi million de chômeurs ?! » Les étrangers qui sont ici depuis quelque temps demeurent suspects et ne deviennent en aucun cas des nouveaux Belges. « Si une chatte met bas dans une poissonnerie, aura-t-elle des poissons ? », se demande Deman.

Armé de cet appareil, le VB veut chasser les jeunes des rues de certains quartiers de Malines. D’après un conseiller communal du VB, Frank Creyelman, « le son est comme un cri haut et fort avec des tons changeants. La diffusion du son en continu sera tellement désagréable que les jeunes disparaîtront automatiquement de la rue ».

La proposition a été mise à l’ordre du jour du conseil communal de Malines. D’après ses propres dires, le VB voudrait chasser les jeunes d’un quartier comme le Bethaniëpolder. Là, le système serait idéal selon le VB.

Les jeunes n’ont qu’à rester à la maison, affalés devant la télévision. En tout cas, pas question d’aller dans une maison de jeunes. Au conseil communal, le VB a en effet demandé pourquoi la maison de jeunes Rzoezie disposait encore de la moitié de ses moyens de fonctionnement. La maison de jeunes avait déjà perdu la moitié de son budget annuel de 30.000 euros. Le VB se demande pourquoi elle a encore droit à 14.000 euros.

Flâner un peu après les cours n’est pas davantage une option pour le VB. Le parti réclame des contrôles policiers au moment de la fin des cours. Les récalcitrants seraient embarqués au commissariat. Le VB ne manque évidemment pas de réclamer le doublement des amendes administratives contre les incivilités : un petit tour en combi coûterait 200 euros au lieu de 100 euros si ça ne dépendait que du VB.

Le VB prétend être un parti qui défend les intérêts des jeunes, mais les mesures qu’il propose au niveau communal démontrent que sa seule réponse est la répression.

Partager : Imprimer :