USA. Ferguson : C’est tout le système qui est coupable !

Le mouvement à Ferguson a maintenant saisi toute l’attention nationale et même internationale. Dans le pays le plus riche et le plus puissant du monde, c’est toute une communauté qui est à présent brutalisée pour le fait d’exprimer sa colère face au meurtre injuste d’un jeune homme innocent, Michael Brown. Tous les regards sont tournés vers Ferguson ; cela pourrait constituer le début d’un nouveau mouvement pour la libération des Noirs, afin de riposter contre l’inégalité et le racisme.

Texte d’un tract distribué par les militants de Socialist Alternative, parti-frère américain du PSL, à Ferguson et à Saint-Louis

Cette colère fait suite à des décennies de criminalisation des jeunes hommes noirs. Elle est suscitée par un taux de chômage record et par la généralisation des emplois précaires. Elle a été provoquée par les fausses promesses des dirigeants du Parti Démocrate comme Obama et Jesse Jackson. Chaque semaine, plusieurs hommes noirs sont tués par la police. Ferguson a capturé l’attention des médias parce qu’ici, la communauté s’est dressée pour clamer son indignation.

Organisons-nous !

Le comité d’enquête officiel n’est que de la comédie. Il nous faut une enquête indépendante menée par des organisations de la communauté noire et de la classe salariée au sens large, via par exemple les syndicats. Afin d’obtenir cela, nous devons nous organiser avec des assemblées de masse afin de discuter des étapes suivantes et des objectifs de la lutte. Si nous parvenons à définir ce pour quoi nous nous battons et de ce fait gagner la sympathie de la population pauvre partout où elle se trouve, alors ce mouvement peut se propager à tout le pays.

Ferguson est une source d’inspiration pour des manifestations contre la violence policière dans tout le pays, et ce mouvement pourrait être lié aux campagnes pour un salaire minimum de 15 $ de l’heure, pour un refinancement de l’enseignement et pour la fin de la “guerre contre les drogues” raciste. Les syndicats possèdent une influence et des ressources qui pourraient contribuer à la construction de ces luttes et à la défaite de la répression.

« Il n’y a pas de capitalisme sans racisme » – Malcolm X

L’ensemble de ce système, ici et partout dans le monde, repose sur l’exploitation. Les super-riches deviennent de plus en plus riches, tandis que les pauvres reçoivent les licenciements, les coupes budgétaires, et des montagnes de dettes. Les deux partis politiques sont dans la poche des milliardaires. Pour obtenir la justice, nous devons construire un mouvement d’opposition de masse avec des revendications claires, et un parti des travailleurs et des pauvres capable de se dresser face à la politique des super-riches.

Nos revendications :

  • Justice pour Michael Brown ! Son assassin doit être arrêté et jugé.
  • Enquête totalement indépendante auprès de l’ensemble du département de la police de Ferguson menée par les organisations communautaires et par les syndicats.
  • Assemblées de masse à Ferguson afin de discuter des prochaines étapes et de la stratégie face à la répression. Lors de ces assemblées, élection d’une direction du mouvement parmi la communauté de Ferguson.
  • Mise en place de coalitions entre groupes communautaires et syndicats afin de propager le mouvement partout dans le pays.
  • Contrôle démocratique de la police par les communautés, salaire minimum de 15 $ de l’heure, enseignement et soins de santé de qualité et gratuits pour tous.
  • Fondation d’un nouveau mouvement de libération des Noirs en tant que partie prenante de la lutte de la classe salariée contre la violence policière, le racisme, les bas salaires, et les deux partis politiques.

Vœux de solidarité de Kshama Sawant

Kshama Sawant est membre du conseil de la ville de Seattle et porte-parole de Socialist Alternative. Elle a été élue l’an dernier avec 90 000 voix puis a dirigé à Seattle la campagne victorieuse pour le salaire minimum de 15 $ de l’heure.

« J’aimerais exprimer ma profonde gratitude et solidarité envers la population de Ferguson qui a fait ressortir l’immense racisme institutionnel qui existe dans notre société. Nous vivons dans un monde de guerre, de pauvreté, de sexisme, de racisme et de destruction environnementale, mais tout peut changer.
Nous pouvons nous organiser et demander plus. Nous avons gagné un salaire minimum de 15 $ de l’heure pour tous via des manifestations, des campagnes de rue et des actions politiques. Nous avons mis au jour les mensonges des super-riches, comme vous êtes en train de le faire de votre côté. Nous ne vivons pas dans une société “post-raciale”. Ce pays a été bâti sur le racisme. Afin de vaincre la violence policière, le racisme et la pauvreté, nous devons nous en prendre à la racine du problème lui-même : au capitalisme.

Ensemble, nous pouvons construire un mouvement indépendant des deux partis, pour un monde avec des emplois corrects, l’égalité des droits et la dignité pour tous. Nous avons tout un monde à gagner, mais nous devons nous organiser et lutter pour l’obtenir ! »

Partager :
Imprimer :
Première page de Lutte Socialiste