Neo-nazis. Passée l’attention des médias, la menace persiste!

Il y a quelques mois, les groupes néo-nazis comme Blood&Honour ont fait l’objet de beaucoup d’attention dans la presse suite à une série de révélations sur leurs activités. Cette tempête médiatique s’est entretemps arrêtée, ce qui pourrait donner l’impression que le danger est écarté. C’est malheureusement loin d’être vrai.

Karel Mortier

Certaines figures de ce mouvement peuvent bien être derrière les verrous, à différents endroits des individus continuent tranquillement à construire des organisations telles que Blood&Honour.

Le café brugeois «De Kastelein» qui a été éclaboussé par certains incidents (notamment un attentat raciste en mai 2006) est maintenant réouvert après une période de fermeture et sert de nouveau de lieu de rencontre pour skinheads et autres excités. Des skinheads arrêtés en mai pour violence raciste y ont déjà fait un concert. Et, le 4 novembre, le groupe « Short Cropped », des skinheads néonazis de Turnhout, s’y sont eux aussi produit. C’est un retour symbolique aux traditions de ce café, puisqu’un membre du groupe a été inculpé à l’occasion des actions racistes violentes de mai dernier.

La police locale et la justice donnent l’impression qu’il n’y a guère de menaces à craindre de ce genre de lieu et d’organisation. On aurait pourtant pu s’attendre à une intervention après la dernière série d’incidents à Bruges et Tienen mais cela n’a pas été le cas. Fin novembre, à Beerse (Turnhout), un néonazi bien connu de Blood&Honour a pourtant encore attaqué des jeunes du village.

Ce n’est pas là qu’une « histoire flamande ». Dans de nombreux pays – particulièrement dans l’ancien bloc de l’Est – on assiste à une croissance inquiétante de groupes neo-nazis qui ne craignent pas d’employer la violence. Même des pays où les fascistes avaient toujours été marginaux – comme la Grande-Bretagne ou la Suède – voient la percée électorale de partis d’extrême-droite et, dans leur sillage, le développement de groupes néo-nazis.

Ce serait une illusion de penser que la police puisse réellement empêcher le développement de telles organisations. C’est pourquoi il est important que les antifascistes tiennent eux-mêmes à l’oeil des organisations comme Blood&Honour. Mais il faut aussi – et même surtout – faire une analyse sérieuse des raisons de la croissance de telles organisations au lieu d’attendre que de nouveaux incidents se produisent.

Partager : Imprimer :