Vénézuela : « Si il n’y a pas encore eu de révolution, on l’aperçoit cependant à l’horizon ».

Interview de Johan Alexander Rivas Vasquez, membre de "Socialismo Revolucionario", la section vénézuelienne du Comité pour une Internationale Ouvrière auquel est affilié le MAS/LSP. Il est le porte-parole du syndicat SIRTRASALUD à l’hôpital "El Agodonal", le plus grand hôpital de Caracas (capitale du Vénézuela).

AS : Quels effets a eu l’élection de Hugo Chavez au poste de président pour la population pauvre ?

JARV : Les projets du gouvernement, les "missions", ont rendu possible l’accès à l’enseignement et à l’assistance médicale à un tas de personnes pauvres ou de conditions modeste. Un programe d’étude a permi à des millions de personnes d’apprendre à lire et à écrire. Dans ce secteur, il a apporté beaucoup : bien plus de jeunes finissent l’école avec un diplôme et les privatisations dans le secteur educatif ont été stoppées.

Mais dans d’autre secteurs aussi, son apport peut se sentir. Par exemple, depuis la "grève des entrepreneurs" contre Chavez en 2002 (qui a eu comme conscéquence une augmentation des prix alimentaires et la pénurie de certains aliments), l’Etat subventionne des supermarchés alternatifs qui sont beaucoup moins cher. Mais malgré ces améliorations, la pauvreté persiste encore, comme au "Petare" à Caracas, qui est le deuxième plus grand bidonville d’Amérique Latine.

AS : Dans son serment, Chavez a parlé de la mise en place du socialisme au Vénézuela et de nationalisations. Comment vois-tu ça?

JARV : Chavez est très fortement en conflit avec les riches, les capitalistes. Les supermarchés alternatifs que j’ai déjà mentioné sont aussi une réponse au fait que le marché alimentaire est aux mains de trois familles ulrapuissantes.L’opposition de droite est faible pour l’instant, mais elle va à nouveau tenter de faire tomber Chavez.

En ce qui concerne les nationalisations, nous devons attendre de voir si Chavez va mettre en pratique ses promesses, notamment pour l’entreprise de communication mobile CANDV, qui a été précédemment privatisée.

Chavez a déjà annoncé plusieurs fois la nationalisation de cette entreprise, mais n’a rien fait jusqu’à présent. Au Vénézuela cependant, l’idée du socialisme est fort présente et on parle d’un "pocessus de développement révolutionnaire". Quelque chose est en mouvement dans la societé. Si pour l’instant une révolution pour accéder à un autre système n’a pas eu lieu, on l’aperçoit cependant à l’horizon.

AS : Dans ses dernières déclarations, Chavez parle même de la formation d’un "parti de la révolution".

JARV : En fait, les partis du parlement qui supportent Chavez et qui forment le gouvernement se sont montrés favorables à intégrer ce nouveau parti. L’avenir nous montrera si ce nouveau parti sera seulement un rassemblement des partis gouvernementaux dans un bloc plus homogène et plus structuré ou si des militants du mouvement y entreront.

AS : Et sur les lieux de travail ?

JARV : A l’hôpital où je travaille, nous sommes actifs dans le SIRTRASALUD, qui s’est uni à la nouvelle fédération syndicale UNT. Dans beaucoup d’entreprises, les ouvriers s’activent, créent des groupes syndicaux et se battent pour leurs droits.

Souvent, ils doivent lutter contre l’appareil de la bureaucratie. Un exemple : dans l’entreprise pharmaceutique Russel, quelques collègues ont fondé un syndicat et ont été licenciés. Peu après, Rusel fut fermée. Ce sont surtout de jeunes travailleurs qui s’organisent : dans la plupart des groupes syndicaux, les membres du conseil dirigeant ont entre 20 et 40 ans.

Partager :
Imprimer :

Soutenez-nous : placez
votre message dans
notre édition de mai !

Première page de Lutte Socialiste

Votre message dans notre édition de mai